Les bienfaits du basilic thaï et ses utilisations

Si vous appréciez la cuisine thaïlandaise, vous connaissez sûrement le basilic thaï. Cette espèce de la famille du basilic est connue sous le nom scientifique d’Ocimum Basilicum Var. Thyrsiflora. Outre sa saveur poivrée et légèrement anisée parfumant délicieusement vos recettes, cette plante dispose également de vertus sanitaires prouvées. D’ailleurs, la majorité des aromates utilisés en cuisine ont la plupart des vertus médicinales non encore connues de tous. Faisons le point sur l’usage du basilic thaï en cuisine dans cet article. Sans oublier de passer en revue ses bienfaits sur la santé pour en profiter davantage de sa consommation. 

D’où provient le basilic thaï ? 

Le basilic demeure un ingrédient incontournable pour apporter un goût légèrement épicé à vos plats. Parmi ces 140 variétés, le basilic thaï s’en distingue pour ses feuilles s’apparentant au vert olive avec une nuance violacée. On le reconnaît également pour:

  • ses fleurs de couleurs pourpres 
  • sa hauteur peut atteindre 30 cm.

Cette plante traditionnelle largement sollicité en cuisine thaïlandaise est originaire de l’Afrique centrale et de l’Asie du Sud. Il y a 4000 années de cela, les Égyptiens étaient les premiers à la cultiver. Peu de temps après, sa culture s’est répandue en Grèce, au Proche-Orient jusqu’à l’Empire romain.

Cette plante vivace devient actuellement un ingrédient phare de la cuisine vietnamienne ou thaïlandaise. 

Quels sont ses bienfaits ? 

Pour profiter amplement des bienfaits du basilic thaï, il convient de mentionner ses différentes vertus suivantes : 

Les bienfaits culinaires 

À titre informatif, la cuisine thaïlandaise utilise trois espèces de basilic à savoir le basilic sacré, le Horapa ou le Manglak. Ces variétés sont principalement dérivées du basilic thaï et s’invitent dans tous vos recettes. Leurs goûts s’apparentent largement à celui de l’anis et de l’estragon et agrémentent soigneusement vos recettes à base de bœuf, de poulet, de fruits de mer ou encore de poisson. 

En guise de boisson fraîche, le basilic thaï se marie parfaitement avec le citron vert et le Galanga pour réaliser un thé glacé aux saveurs thaïes. 

Sachez que, le basilic thaï cultivé en pot se conserve facilement et pourra être utilisé à volonté pour toutes vos préparations. Les feuilles de basilic fraîches peuvent également être conservées au réfrigérateur durant plusieurs jours. Pour ce faire, placez-les dans un verre d’eau ou enveloppez-les par un papier essuie-tout humide. Aussi, si vous avez une grande quantité de basilic thaï à conserver, vous pouvez les passer au mélangeur en y ajoutant de l’eau jusqu’à ce qu’il s’apparente à une soupe. Puis, il suffit de congeler cette substance dans vos bacs à glaçons. Dernière astuce de conservation : faites sécher les feuilles de basilic, ensuite couvrez-les d’huile d’olive. Mettez-les au congélateur ou au réfrigérateur. 

Ses bienfaits médicinaux 

Comme toutes plantes aromatiques, le basilic thaï regorge de nutriment pour l’organisme. Pour cette raison les nutritionnistes recommandent sa consommation régulière

En somme, cette variété d’aromates contient en grande quantité des vitamines, des minéraux et des huiles essentielles. Pour les vitamines, elle est enrichie en complexe A et K. Ces composants sont en effet nécessaires pour conserver la santé des yeux et des cellules épidermiques. Ils assurent également la solidité des os et tiennent un rôle important lors de la coagulation du sang. 

Concernant les minéraux, le basilic thaïlandais contient suffisamment de fer, essentiel à la formation de l’hémoglobine. Outre le fer, il contient également du potassium, du magnésium et du manganèse. 

Les nutritionnistes recommandent la consommation de cette variété de basilic pour prévenir le cancer. Ainsi, ses propriétés antioxydants repoussent le développement des cellules cancéreuses. De même, en cas d’infection bactérienne ou de maladie inflammatoire, l’usage de l’huile essentielle de basilic thaï traiterait et éviterait la prolifération des bactéries. 

Comment cultiver du basilic thaï ? 

Pour ceux qui ont la main verte, le basilic thaï se cultive parfaitement en pot. Si vous souhaitez semer ses graines, la période propice pour cela est entre mars et juin. Dans ce cas, mettez les graines sous un terreau fin de 2 mm d’épaisseur. Arrosez-les délicatement. Une fois bien poussées, repiquez-les en pot ou en jardinière. 

Sachez que cette variété apprécie particulièrement le soleil et les terres chauds. Veillez donc à ce qu’il soit planté dans une zone favorablement ensoleillée.  

Quelle est la meilleure manière d’utiliser le basilic thaï en cuisine ? 

Pour profiter amplement de la saveur du basilic thaï, prenez quelques feuilles fraîches finement ciselées. Mélangez-les à vos salades, vos soupes ou autres recettes à base de viande, de poisson ou de fruit de mer, en guise de condiment. N’oubliez pas que ces feuilles noircissent rapidement, donc, il est judicieux de les ciseler uniquement au dernier moment. 

Comment utiliser les graines de basilic thaï ? 

Au même titre que les graines de chia, celles du basilic thaïlandais se consomment également. À l’île Maurice, elles sont indispensables pour la réalisation de la boisson populaire et hydratante appelée Alooda. En Thaïlande, ces graines constituent entre autres l’ingrédient phare du Nam Manglak ou boisson au basilic

 

Get our best recipes & expert tips right into your inbox!

Join over 10k subscribers

By submitting above, you agree to our privacy policy.
Tags:
Share this post:
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest